[Lecture] Antipolis, la ville romaine

Fondée au 3e s. av. J.-C., la ville d’Antibes est durant la période romaine un important centre économique, qui structure un large territoire tant le long des rivages méditerranéen que dans l’arrière pays. A l’origine fondation massaliotte, Antipolis obtient son affranchissement en 49 av. J.-C.

L’ouvrage, publié en 2019 et intitulé Antipolis: la ville romaine : Architecture et urbanisme (Ier siècle av. n. è. – Ve siècle de n. è.) est le fruit d’un travail réalisé dans le cadre du PCR “Antipolis, des origines au royaume des francs” (2011-2013). Ce projet s’est nourri de la longue tradition historiographique et des nombreuses archives d’Antibes, mais il s’est également attaché à revenir sur tout le mobilier issu des fouilles, tout en prônant un retour au terrain pour augmenter les connaissances sur une partie des édifices monumentaux, souvent méconnus, de la cité.

Le volume est structuré autour de huit chapitres dédiés entre autres au contexte historique et géographique de la fondation de la ville. Une large partie est consacrée aux monuments, mais aussi à l’habitat. La question du port est traitée séparément et bénéficie des données de la fouille préventive du Pré aux Pêcheurs réalisée en 2012 sous la direction d’Isabelle Daveau et qui a livré, outre une épave du 2e s. apr. J.-C., de nombreux éléments sur la fréquentation du port.

L’anse Saint Roch, qui forme aujourd’hui le port naturellement protégé d’Antibes, est à l’origine une lagune qui s’est progressivement ouverte vers la mer. Le curage du port, rendu nécessairement par l’ensablement causé par la création d’un môle au XVIe siècle, livre depuis la fin du XVIIe siècle des vestiges, notamment des “galères antiques”. D’autres découvertes, à l’occasion de travaux d’aménagement ou de diagnostics d’archéologie préventive, éclairent à la fois sur la topographie du port et sur sa fréquentation.

La fouille préventive du Pré aux Pêcheurs, préalable à la construction d’un parking souterrain, a permis d’ouvrir une fenêtre de 5000m² dans une zone du port épargnée par les dragages modernes. Ces recherches permettent de restituer l’évolution de la topographie du fond dans ce secteur. Différents niveaux de dépotoirs de la ville ont été fouillés, une partie du mobilier pouvant également être lié à l’activité portuaire de la cité (accastillage, équipement, ancres…).

Dans les niveaux du 2e s. apr. J.-C. gisait l’épave d’un navire marchand dont les vestiges conservés s’étendent sur 15 mètres de long et 6 mètres de large. Documentée, puis démontée en vue de sa conservation, l’épave est encore en cours d’étude et de publication.

Située à quelques encablures des Stoechades, Antipolis, de par son influence commerciale et son port actif depuis le 4e s. av. J.-C., est possiblement un centre de redistribution de marchandises, et une étape sur la route qui mène de la péninsule ibériques aux grands ports de la Méditerranée nord-occidentale et qui passe par l’archipel des îles d’Or.

Référence :

DELAVAL (E.), THERNOT (R.) dir. — Antipolis, la ville romaine. Architecture et urbanisme (Ier siècle av. n. è. – Ve siècle de n. è.). Antibes : APDCA, 2019. 216 p. ISBN : 978-2-904110-62-7


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alex Sabastia (26 novembre 2020). [Lecture] Antipolis, la ville romaine. Stoechades. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ul40


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search