[Lecture] L’épave “C” de la Chrétienne

Dans le premier supplément aux Cahiers d’Archéologie Subaquatique publié en 1975, Jean-Pierre Joncheray livre au fil de 132 pages richement illustrées tous les éléments relatifs à l’étude de l’épave Chrétienne C. Découverte en 1953 par 35 mètres de fond non loin d’Agay, ce qui était un petit tumulus d’amphores bien rangées et dissimulées par les posidonies se révèlera être une épave en bon état de conservation dont les fouilles de 1970 à 1973 ont révélé, outre la cargaison, un fond de coque, les apparaux du navire ainsi qu’un lot de mobilier issu probablement de la dotation de bord.

Vue du gisement en 1954 (Joncheray 1975)

La datation du naufrage a pu être approchée par l’étude des amphores et par la découverte d’un denier d’argent qui conjointement permettent de dater le naufrage de la première moitié du 2eme s. av. J.-C., soit une chronologie semblable à celle de notre épave Grande Passe 1.

Environ 500 amphores, entières ou brisées, ont été dénombrées. Toutes celles en place étaient bouchées par des opercules en pouzzolane dont certains suffisamment bien conservés pour que l’on y distingue des cachets imprimés en creux. Le reste du mobilier a été attribué à l’équipage. Il comprend cinq pièces en céramique campanienne, une lampe à huile, des balsamaires, ainsi que de la vaisselle commune (marmites, petits vases à anse, cruches, urnes, pelvis, plats à rebord) et des récipients à provision.

L’outillage découvert comprend des plombs de sonde, des plombs de pêche, quelques lamelles de plomb, une pinoche en bois et des outils en fer à emmancher (marteau, serpe (?), herminette). Du gréement ont été préservées quelques rares poulies, en particulier leur réa. Les apparaux comprennent au moins trois ancres en bois à jas en plomb dont l’une est particulièrement bien préservée. La base de la verge et l’une des pattes sont en bon état de conservation.

Du point de vue de l’architecture navale, sont conservés plus de 8 mètres de quille à la section rectangulaire, râblurée dans sa partie centrale, un bordé dont au moins 13 planches sont conservées en largeur et 23 membrures ou traces de membrures sur la coque. Les bordés sont assemblés à franc-bord par des tenons chevillés dans des mortaises, et les membrures sont assemblées sur le bordé par des gournables et de rares clous. Un vaigrage et un payol, appuyés sur des serres, ont également été observés.

Même si certaines des interprétations livrées dans l’ouvrage ont pu faire l’objet d’un réajustement plus tardif à la lumière de nouvelles découvertes, la fouille de l’épave Chrétienne C constitue l’un des jalons de la discipline, au moins par l’incroyable effort logistique déployé à cette époque pour cette opération.

Le site constitue également pour nous un important point de comparaison avec l’épave Grande Passe 1, tant par la similitude en terme de datation, que de cargaison ou de dimensions.

Plongeur-archéologue en train d’actionner la suceuse à air (Joncheray 1975)

Référence complète : JONCHERAY (J.-P.). — L’épave C de la Chrétienne. Fréjus, 1975. (Supplément aux Cahiers d’Archéologie Subaquatique ; 1).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search