[Lecture] Nouvelles plongées sans câbles

Dans un ouvrage à mi-chemin entre l’autobiographie, le roman d’aventure et la publication scientifique, le Capitaine de Vaisseaux Philippe Taillez livre “[son] témoignage de plongeur”. Un témoignage poignant, du temps de la création et du développement de la plongée autonome. Il aborde avec une passion que l’on devine au fil de la lecture ses années passées à chasser avec des arbalètes de bric et de broc, sur les côtes provençales. Il détaille le fil des évènements qui ont conduit à la création du scaphandre autonome, ses premiers essais, les premiers émois en contemplant le fond d’une mer que peu à son époque connaissent. Il décrit aussi une époque, l’humeur du temps, la capitulation, la Marine qui se saborde à Toulon. Une Marine qui fera d’ailleurs office de berceau à l’aventure sous-marine. Parce que ses acteurs en sont majoritairement issus : officiers, ingénieurs, puis nageurs de combat. Parce que c’est en son sein qu’il crée le G.E.R.S, mais aussi l’Ecole de plongée. Parce que c’est la Marine qui a le plus besoin aussi de ces “hommes-grenouilles”, pour le déminage notamment.

Le livre aborde de nombreux sujets : la chasse, la photographie sous-marine, les bathyscaphes, la plongée à Fontaine de Vaucluse au pied du figuier dont les racines ne prennent l’eau qu’une fois l’an et qui orne encore aujourd’hui la paroi rocheuse, les véhicules sous-marins… mais aussi, et c’est en cela qu’il est particulièrement intéressant, la naissance de l’archéologie sous-marine en France. La naissance, car même si des plongeurs à casque ont déjà exploité des épaves, Philippe Taillez entreprend l’une des premières fouilles à laquelle il souhaite donner une rigueur scientifique.

Après les épaves de Mahdia en Tunisie et du Grand Congloué à Marseille, il organise et fais procéder à l’exploitation du gisement du Titan. Une formidable aventure dont il décrit les moindres détails et qui conduira au dégagement et à l’extraction d’environ 500 amphores avant que les plongeurs ne dégagent, toujours à la suceuse à air, les vestiges de la coque. Conservée sur seize mètres environ, les vestiges sont ceux d’une épave que le mobilier découvert date du 1er s. av. J.-C., à fond de carène à retour de galbord, au double bordé et aux membrures clouées. La coupe au niveau de la quille est le seul relevé livré dans l’ouvrage. L’épave a été entièrement démontée et prélevée, avant d’être stockées à Toulon dans des caisses remplies de copeaux de bois.

“…plus fines, plus fuselées, d’un galbe plus pur aussi que les autres…” (Tailliez 1967)

Ces travaux, anciens désormais, démontrent s’il en était besoin que dès cette époque, le concours des archéologues était nécessaire à la réalisation de ces opérations. Sur le Titan, Fernand Benoit, directeur des Antiquités, ne pouvait que se contenter de rester sur le pont, et regarder se dérouler les plongées. Progressivement, et dès cette époque, les archéologues interviendront eux-même sur les gisements avec un soucis constant de méthode et de rigueur scientifique.

“…seize amphores ont jailli de la mer, mêlées à nouveau au soleil.” (Tailliez 1967)

Référence :

TAILLIEZ (P.). — Nouvelles plongées sans câble. 1943-1966. Paris : Arthaud, 1967. 378 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alex Sabastia (11 novembre 2021). [Lecture] Nouvelles plongées sans câbles. Stoechades. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ul4l


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search