[Olbia] Carottages

Les résultats des campagnes menées dans les années précédentes ont permis de confirmer, par différentes observations, qu’une partie des vestiges aujourd’hui immergés était située à terre lors de leur édification. Au vu des observations et du matériel découvert, on peut d’ores et déjà avancer de nouvelles pistes de réflexion sur l’emplacement du bassin portuaire d’Olbia.

Pour l’époque romaine, l’hypothèse de la présence d’un plan d’eau à proximité, à l’est des vestiges aujourd’hui immergés, est peu probable au regard de la technique de construction employée pour les massifs de fondations. Les massifs retrouvés en place sont composés de mortier, d’agrégats de différents calibres et de fragments de matériel céramique. Ils ont été coulés dans des tranchées de fondation en rigole. Cette technique, largement attesté à terre à cette époque, n’est pas compatible avec une mise en œuvre en milieu maritime et avec difficultés elle peut l’être en milieu semi-humide.

Les observations récentes sur les vestiges immergés d’Olbia confirment le recul du trait de côte dû à l’érosion marine dans ce secteur du Golfe de Giens. En outre, elles permettent de se reposer la question de la position du trait de côte à l’époque romaine et donc de la nature et de la fonction de ces aménagements littoraux.

C’est dans le cadre de ce questionnement qu’une action interdisciplinaire coordonnée entre les géomorphologues et sédimentologues du CEREGE et archéologues du CCJ est menée. Elle consiste en la réalisation d’une série de carottages le long du « cordon littoral induré ». Malgré nos vérifications nous n’avons toujours pas pu trancher sur la nature du contact entre le cordon et les vestiges. Le cordon est-il là avant, auquel cas il aurait été entaillé au moment de l’édification de la structure ou bien s’est-il formé après l’installation de ceux-ci ? C’est à ces questions que nos travaux vont tenter de répondre cette année.

Les membres du CEREGE ayant participé à l’opération sont :

-Christophe Morhange, Professeur des universités

-Lucien Montaggion, Professeur émérite de géologie marine

-Lionel Marié, Technicien pétrologue

-Daniel Borschneck, Ingénieur de recherche

Ce travail a bénéficié d’une aide du gouvernement français au titre du Programme Investissements d’Avenir, Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université – A*MIDEX – Institut d’archéologie méditerranéenne ARKAIA (AMX-19-IET-003).

Manipulation du carottier au dessus du “cordon littoral induré” (P. Soubias, CNRS/CCJ)


Citer ce billet
Alex Sabastia (2022, 29 mars). [Olbia] Carottages. Stoechades. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ul4o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search