Mèdes 6

Informations clés

  • Localisation : Porquerolles (Hyères, Var)
  • Datation : 2ème – 1er s. av. J.-C.
  • Type de vestiges : épaves
  • Campagne de terrain : 2010-2015
  • Responsable d’opération : Jean-Yves Formentin (Iero)
  • Etude de l’épave : Alex Sabastia (AMU/CCJ)
Vue de l’épave Mèdes 6 en cours de fouilles (U. Munoz, Iero)

 

En bref

            L’épave Mèdes 6, découverte en 2010 dans la rade d’Hyères par 44 m de fond, transportait une cargaison d’amphores Dressel 1C datées de la fin du IIe siècle av. J.-C. Elle a fait l’objet de campagnes de fouilles jusqu’en 2015, ayant permis de mettre au jour une partie des vestiges de la coque. Au terme de l’étude, l’épave s’inscrit dans un corpus daté du IIIe siècle av. J.-C. au IIe siècle apr. J.-C., dont l’assemblage des membrures sur le bordé est réalisé au moyen de ligatures internes.

Bibliographie principale

FORMENTIN J.-Y., 2014. – Var, au large de Hyères-Les-Palmiers, La Grande Passe. Bilan Scientifique du DRASSM 2010 : 61.

SABASTIA A., FORMENTIN J.-Y., 2016 – Note préliminaire sur l’architecture de l’épave Mèdes 6 (Hyères, Var, fin 2ème-début Ier siècle BCE), Scientific Report of Port-Cros national Park. n°30 : 221‑228. Consulter en ligne.

SABASTIA A., FORMENTIN J.-Y., 2017 – Un premier bilan des recherches sur l’épave Mèdes 6 (Var, Hyères, IIe-Ier siècle BCE), un exemple de navire à membrures ligaturées du nord-ouest de la Méditerranée, Scientific Report of Port-Cros national Park. n°31 : 289‑297. Consulter en ligne. Consulter en ligne.

SABASTIA A., 2017 – The Mèdes 6 shipwreck (France, 1st cent. BC), an example of « internal stitching » in the northwestern Mediterranean. Under the Mediterranean: 100 years on.., The Honor Frost Foundation Conference of Mediterranean Maritime Archaeology, 20-24 October 2017, Oct 2017, Nicosie, Chypre. Consulter en ligne.


 

Historique des recherches

            L’épave Mèdes 6 a été découverte en 2010 à la suite de deux campagnes de prospections menées par l’équipe du club de plongée Iero, sous la direction de Jean-Yves Formentin. Sous sa direction, les amphores constituant la cargaison visible ont été prélevées en 2011, et un premier sondage, en 2013, a permis de mettre en évidence l’existence de restes conservés de la coque.

            En 2014 et 2015, deux opérations de fouille programmée ont permis de mettre au jour une partie de la coque du navire, étudiée par Alex Sabastia (AMU/CCJ) ainsi qu’une partie du mobilier de bord.

            Les différentes opérations ont reçu le soutien du DRASSM (Ministère de la Culture) et du Parc National de Port Cros.

 

Cargaison, Mobilier et vie à bord

            Le navire transportait une cargaison d’amphores Dressel 1C, dont aucune n’a été préservée en totalité. Une panse d’amphore Lamboglia 2, découverte à quelques encablures de l’épave, complète ce lot. Au total, une cinquantaine de panses et de cols ont été prélevés, et la cargaison est estimée à une centaine d’amphores. C’est sur la base de cette cargaison que la datation du naufrage est établie à la fin du IIe s. av. J.-C.

            Lors des fouilles, quelques éléments de céramique appartenance probablement au mobilier de bord ont été découverts. Certains fragments de céramique culinaires portent des traces de feu, montrant leur utilisation à bord. Parmi les fragments identifiables on notera la présence de céramique culinaire rouge pompéienne, une coupe M.2954a/Lamb. 31B ainsi qu’un plat en campanienne A de forme M.22555f.

Plan des vestiges (DAO. A. Sabastia, AMU/CCJ)

 

Vestiges de la coque

            Globalement en mauvais état de conservation, les vestiges mis au jour sur une longueur de 4,5 m et une largeur de 2,5 mètres sont séparés en deux fragments de coque. Le premier comprend un fragment de quille (ou de brion), dix membrures, et deux virures à l’est et à l’ouest de l’axe longitudinal. Le second est constitué de quatre fragments de membrures et de fragments de bordé épars.

            La portion de quille, en pin d’Alep ou pin pignon, est conservée sur une longueur de 1,8 m. Elle est large de 11,5 cm et haute de 13,5 cm. Sa section longitudinale est courbe, la pièce se redressant vers son extrémité sud. Les angles entre la face supérieure et les flancs sont râblurés, afin de permettre l’insertion des bordés. Ces râblures sont hautes de 3,7 cm et profondes de 2,5 cm. Il s’agit, probablement, d’un fragment de brion d’extrémité.

            Les galbords et ribords est et ouest sont conservés. La largeur maximale des bordages est de 14 cm, et leur épaisseur maximale de 2,5 cm. Si les galbords sont en pin d’Alep (Pinus halepensis, galbord est, P1E) et pin type sylvestre (Pinus t. sylvestris, galbord ouest, P1W), la planche P2E (ribord est) est en pin type laricio (Pinus t. laricio), une essence que l’on retrouve essentiellement en Corse.

            Les planches de bordé sont assemblées entre elles au moyen de tenons en chêne vert (Quercus ilex) insérés dans des mortaises et verrouillés par des chevilles espacées de 16 cm. Le bordé est assemblé sur la quille, dans la râblure, au moyen de tenons chevillés dans des mortaises, doublés à l’extrémité sud par des clous de fer (tige de section carré de 0,5 cm) enfoncés perpendiculairement à la quille. L’espacement entre ces derniers se resserre en direction de l’extrémité sud du navire, passant de 12 à 7 cm.

            Sur l’axe de la quille, l’alternance entre varangues et demi-couples est régulière, seulement rompue à l’extrémité sud des vestiges par la succession des varangues M100 et M101. La maille, régulière de M109 à M102 (mesures comprises entre 16,5 et 19,5 cm), augmente progressivement, passant de 29,0 cm entre M102 et M101 à 33,5 cm entre M101 et M100. L’ensemble de ces membrures est en pin d’Alep. A l’ouest, dans la partie disjointe de la coque, quatre autres fragments de membrures (M205 à M208) ont pu être reconnus et sont en mauvais état de conservation.

            Les demi-couples mesurent 6,0 à 6,5 cm de haut et 5,0 à 5,5 cm de large. Les varangues mesurent de 17,0 à 27,0 cm de haut dans leur partie centrale, 7,5 à 8,0 cm de haut au niveau de leurs branches et de 6,0 à 7,0 cm de large.

            L’assemblage des membrures sur le bordé est réalisé au moyen de gournables (parfois traversées de clous) et de ligatures internes passant à mi-bois dans les membrures, verrouillées par des chevilles, ce qui rapproche ce navire d’un corpus de 16 autres embarcations datées du IIIe s. av. J.-C. au Ier s apr. J.-C. Les fibres végétales composant les ligatures sont tressées avec soin. Les gournables employées dans la construction sont en sapin blanc (Abies alba). Cette même essence est utilisée sur tous les navires à membrures ligaturées pour le façonnage des gournables servant au verrouillage des ligatures.

            Estimation des dimensions

            L’estimation des dimensions d’origine de Mèdes 6, est basée à la fois sur la quantité d’amphores découvertes en 2010 et prélevées en 2011, pas plus d’une centaine, et sur l’échantillonnage des pièces d’architecture du navire. Les comparaisons archéologiques basées sur ces données, notamment sur les dimensions de la quille, conduisent à estimer que Mèdes 6 correspond à une petite embarcation, probablement de l’ordre de dix à douze mètres de long, pour trois à quatre mètres de large.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search